Rechercher

Reportage

LES GENS DU JARDIN, LA CULTURE DE L'ENTRAIDE



En Suisse, l’intégration des personnes migrantes passe par le jardinage. Le projet des « Nouveaux Jardins » de l’EPER ( l’Entraide protestante suisse ) a vu le jour en 2006 en Suisse alémanique et en 2011 en Suisse romande se décline sous différentes formes. En suisse romande, il consiste à mettre des parcelles de terrain à disposition afin que des personnes migrantes et d’autres habitant.e.s puissent les cultiver en duos. Cette activité simple et universelle favorise l’inclusion sociale et la création de nouveaux liens au niveau local.



Anne, retraitée suisse de 64 ans, reçoit un jour, un prospectus du conseil des séniors d’Yverdon dont elle est membre. Les Nouveaux Jardins d’Yverdon cherchent encore des « partenaires locaux » afin de former des binômes avec des personnes migrantes.Cette ancienne radiologue, pour qui aider son prochain a toujours fait parti de ces principes, a vu cette opportunité comme une évidence. «Etant à la retraite, j’ai du temps et puis je trouve que c’est important de faire parti d’une société et il est important d’apporter quelque chose à celle-ci.» déclare-t-elle. Bien qu’elle soit novice dans le domaine du jardinage, Anne est enthousiaste à l’idée d’apprendre et d’échanger.


Son duo, Mileva, macédonienne de 54 ans, est arrivée en Suisse il y a trois ans pour rejoindre sa fille. Maraîchère de métier, le jardinage n’a pas de secret pour elle, contrairement à l’apprentissage de la langue française. Malgré ses cours de français hebdomadaires donnés par l’association Caritas, la pratique reste néanmoins compliquée.

Ensemble, elles vont cultiver leur parcelle de potager mise à leur disposition durant toute la saison.


Une des premières règles, dans ce projet, est de cultiver de manière écologique, les pesticides sont interdits.

Alors quand les doryphores, courtilières ou autres insectes attaquent les plants, certains fabriquent du purin d’orties et d’autres utilisent des produits bio.




Durant cette saison, chaque tandem décidera ensemble de ce qu’il veut cultiver. Il arrive aussi que certains choisissent de jardiner séparément.


Pour le duo Anne et Mileva, il s’agira de jardiner ensemble.

Anne, novice dans le jardinage, regarde attentivement Mileva à la tâche et suit ses conseils.



La compréhension orale entre les deux femmes peut s’avérer difficile,

« Parfois c’est compliqué, sa maîtrise du français est assez aléatoire, Mileva répond oui même si elle n’a pas compris. On est pas toujours sûr qu’elle ait compris ce qu’on lui dit.» explique Anne, avant d’ajouter «Mais ce n’est pas grave, elle se donne quand même beaucoup de peine.»

Grâce aux gestes, les deux femmes parviennent quand même à communiquer.


Après deux mois de culture, les premiers légumes sont prêts à être ramassés. Une première victoire pour Anne et Mileva.



Après s’être occupé du jardin, très souvent, les deux femmes s’installent et commencent à travailler sur les cours de français de Mileva. Cette dernière a quelques difficultés sur certains exercices, Anne propose volontiers son aide.



Tous les lundi, Mileva suit des cours de français gratuitement donnés par l’association Caritas.

Elle se situe au niveau 2 sur l'échelle des langues de l'Union Européenne et espère s’améliorer encore. Depuis son arrivée en Suisse il y a trois ans, Mileva enchaîne les cours donnés gratuitement par différentes associations.

Le projet des « Nouveaux Jardins » est pour elle, l’occasion de pratiquer un peu plus la langue. « Mon mari ne parle que très peu le français et ma pratique reste rare quand je suis en famille » déclare Mileva.


Malgré tout, Mileva détient plusieurs certificats de formations en français qu’elle a pu réaliser avec l’association Caritas ou d’autres structures.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout